Mots-clefs

C’est de nuit que nous découvrons cette île montagneuse, à la frontière de l’Afrique et de l’Asie. Tananarive sa capitale aux dix huit collines, ressemble à un grand village avec ses petites maisons colorées accrochées aux pentes. La ville semble si paisible et si calme, l’air est frais, l’envie de nous promener de nuit nous tenaille… Cependant dès le lendemain nous en découvrons d’autres aspects bien moins séduisants. Embouteillages, pollution, misère sont la partie émergente de l’iceberg.

C’est en débutant notre reportage à la maternité Sainte Fleur de l’Ordre de Malte que nous prenons conscience de la difficulté de vivre dans cette ville. Les malgaches eux mêmes la redoutent et même bien plus que les étrangers. En effet la misère entraine avec elle son lot de violence et de vols. Ainsi la nuit tout déplacement à pied est prohibé (le seul problème est qu’il fait nuit à 18h00), même la confiance dans les taxis n’existe plus, trop d’histoires circulent.. Nous ne vous livrons ici que des impressions et le résultat de discussions. Chaque jour, les titres des journaux malgaches affichent d’effrayants faits divers.

Ce climat est la résultante de la situation politique. Depuis 2009, le pays est plongé dans une crise sans précédent. Le président actuel qui a pris le pouvoir à la suite d’un coup d’état de l’armée n’est pas reconnu par la communauté internationale qui a donc coupée toute les aides à ce pays. Un pays figurant parmi les plus pauvres du monde, et accueillant le plus grand nombre d’ONG – souvent très controversées en raison de scandales  récurrents (fric/femmes). L’image la plus frappante de cette misère est ce qu’on appelle les familles Bennes: ces familles vivent sur une benne à ordures, trient et essaient de revendre ce qui peut l’être. Bref, cette crise aux dires des gens rencontrés (que ce soit à TANA ou à l’ouest du Pays ou nous sommes allés) étouffe toute l’économie, tarit l’afflux des capitaux, et donc augmente la misère et l’insécurité.

Ce constat est navrant car cette île possède tout ce qu’il faut pour son développement, un climat plutot clément, de grande ressources naturelles (diamants, minerai…), des sols riches, une faune et une flore diversifiées- peu ou pas d’animaux dangereux-. Le pays ne souffre pas, malgré un « système de castes », de problèmes ethniques ou religieux, et la population dans son ensemble est sympathique et accueillante. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce pays un bijou, mais au contraire il ne cesse de s’enfoncer jour aprés jour… Un vrai gachis.

C’est dans ce contexte que nous avons mené notre reportage sur la maternité Sainte Fleur à Tananarive. Celle-ci a pour ambition de devenir la maternité de référence de Madagascar, et malgré la difficulté de la situation, semble y parvenir. Nous avions parfois l’impression d’être dans une clinique Francaise.

Nous avons ensuite quitté Tananarive pour la province, un petit village Tsaharahasina, où nous avons suivi les projets menés par le Père missionaire Bertrand de Bourran, qui s’attèle à la construction d’écoles, de centre de formation agricole et d’églises. La vie en « province » est vraiment différente, sans eau courante et électricité, le rythme change, les contraintes ne sont plus les mêmes, même si la crise politique touche également ces villages reculés où l’espoir d’infrastructure recule de jour en jour et ou la misère gagne du terrain accompagnée de tous ces maux. Nous y trouvons cependant plus de joie de vivre, de simplicité.

Tout ceci n’est bien sur pas exhaustif car ce n’est pas en un mois que l’on peut comprendre la mentalité malgache et la richesse culturelle de ce pays afro-asiatique.

Une chose est sure, ici la précipitation et la rapidité de nos sociétés ocidentales ne trouvent pas d’écho ainsi que le rappelle la devise d’une classe de 6eme que nous avons visité « avancez doucement mais ne jamais reculé » (SIC) ou encore la phrase la plus utilisée du Pays « MORA-MORA » (Doucement-Doucement).

ps: Les photos ne sont pas de nous, malheureusement nous avons perdu toutes nos photos avec le naufrage de l’appareil..
Publicités