Finalement, en repassant par Bangkok, nous avons enfin décrochés nos visas 6 mois pour l’Inde.

Nous avions des images peu agréables de ce petit continent : saleté, misère, excès d’odeurs et de gens, folie humaine…Et bien oui, Calcutta est une ville chaotique où il est difficile de trouver un bout de trottoir pour se tenir à l’abri d’une circulation démente, Howrah (banlieue de Calcutta) est aussi un endroit très sale, chaud, boueux à la saison des pluies. Tout cela est vrai, mais le charme des gens, l’activité extraordinaire des petites échoppes (Vincent s’est fait une magnifique coiffure à 20 roupies = 30 cts d’euros), la gentillesse, les couleurs des saris et des regards…Tout cela dépasse de loin le grouillement infernal indien.

Et nous n’avons rien vu encore..Nos premiers dix jours, nous avons été accueillis dans les centres d’Howrah South Point, une immense initiative du père Laborde, lui même inspirateur du best seller de Dominique Lapierre La Cité de la Joie. En un mot, les centres viennent en aide aux plus pauvres des pauvres (enfants handicapés et démunis) et les prennent en charge pour essayer de les réinsérer petit à petit dans la société par une scolarisation spécialisée et une stimulation de leur handicap.

Pour nous, ce fut un immense honneur de rentrer dans cet univers, dans cette « cité de la joie » et de rencontrer le père Laborde, un homme très simple mais déterminé à aider les plus fragiles. Son organisme HSP nous a impressionné à la fois par son professionnalisme et le maintien d’un climat familial, de simple entraide. Inutile de vous décrire les joies simples qui animent ces centres, l’amour et l’investissement des éducateurs (malgré de petits salaires)..Nous retrouvons ces ambiances dans chaque centre animé de cet idéal d’entraide envers les plus pauvres.

En plus de cette atmosphère incroyable, l’accueil qu’on nous réserve est royal (petit bouquet de fleur, dessins de bienvenue, repas délicieux et spectacle d’enfants). Bref, pour ma part, un des moments les plus forts de notre voyage. Les reportages sont à venir.


Après avoir tourné presque 6 heures d’images, de sourires d’enfants, d’écoles, dispensaires, physiothérapie, programme d’aide mère/enfant, grouillement et bicyclettes, nous prenons le train pour rejoindre notre futur lieu de mission, dans la région de Darjeeling. Finalement le trajet ne s’avère pas aussi chaotique que nous le décrivent les dizaines de forums à ce sujet. Nous partageons notre nuit avec de sympathiques ronfleurs qui ne cessent de nous demander combien coûtent nos sacs,vêtement, montres, lunettes, matériel (pas du tout tabou ici). Trois heures de jeep plus tard nous nous retrouvons à Kalimpong, puis à Pudung où se trouve la vie de communauté qui nous attend pour les trois prochains mois. Ecole, ferme, trois religieuses, une soixantaine d’enfants de 2 à 17 ans…Suite au prochain épisode!

Publicités