Mots-clefs

,

Les adieux à nos bambins et à notre sister Bernadette furent émouvants…Mais bientôt déjà la route reprenait!

Après Calcutta, direction Bangalore, dernier fief de nos reportages. C’est le choc des civilisations: l’aéroport est immense, design, propre. Nous prenons un taxi impeccable avec GPS et un chauffeur quasiment en livrée mais surtout…Un vrai compteur! Finies les négociations et les marchandages infinis de roupies ! Enfin attention! Les chauffeurs peuvent aussi profiter de notre soudaine insouciance pour nous embarquer sur des détours improbables et faire défiler les chiffres…Mais là c’est une tactique aussi très bien connue à Paris.

Nous arrivons tout de suite sur le lieu de notre premier reportage à Sumanahalli, dans la banlieue de Bangalore. Ici se trouve un complexe composé de différents centres dédiés aux lépreux, sidéens, délinquants, enfants pauvres. Mais c’est surtout dans la léproserie que les MEP envoient leurs volontaires. Après une petite nuit pour nous remettre de ce décalage de paysages et d’ambiance (nous passons des enfants aux lépreux et des montagnes rurales à une banlieue bruyante et moderne), nous enchaînons directement sur notre reportage…Qui nous rappelle nos images du Vietnam avec l’Ordre de Malte. Bandages, soins, activités et joie de vivre.
http://www.dailymotion.com/video/xvhcjg_sumanahalli-volontaire-parmi-les-lepreux_travel#.UMSLm4Xqu2w

Ensuite direction Mandya, pour une vidéo sur un centre magnifique dédié essentiellement aux enfants handicapés. Le père Francis, qui nous accueille (en français s’il vous plaît!) est à l’initiative de ce centre, il y a une dizaine d’années. Ici l’éducation et le suivi médical des enfants sont assurés par des professionnels et des religieuses. Chaque enfant bénéficie d’une attention particulière…Encore et toujours, ces lieux dégagent une joie de vivre incroyable.

Enfin, 10 heures de bus plus tard, nous arrivons à Thrissur dans le Kerala. Nous avons peu de temps ! Nous voilà dans un nouveau centre pour personnes handicapées mais cette fois ci, les enfants sont poly-handicapés et ne peuvent ni parler, ni marcher. Nous aimons bien le terme anglais pour désigner ces enfants « differently abled ». Le travail d’Alix, Raphaëlle et Domitille y est dur: elles passent leurs journées dans cette salle, en huit clos avec les enfants allongés et qui souffrent de sévères malformations. Quotidiennement elles leur donnent à manger, les lavent, les changent, plient le linge, font le ménage. Mais encore une fois, malgré l’ingratitude des tâches, leur regard est plein d’amour.

Retour à Bangalore, où nous avons passés une dizaine de jours de montage, coupés par des pauses café, des pauses apéro, des pauses shoppings et des pauses volontaires de passage.

Nous quittons ce fabuleux pays cette nuit pour l’Argentine. L’heure du bilan est venue: c’est la fin de notre mission…Nous laissons ici caméra, pied, cassettes, micros, disques durs, Mac, tuniques indiennes à de bonnes volontés qui nous ramèneront tout ça à Paris. Nous partons donc pour une fois le sac léger et les mains dans les poches mais le cœur transformé!

Publicités